La Corée du Nord a lancé un missile balistique de courte portée à partir d’un sous-marin

La Corée du Nord a lancé un missile balistique de courte portée à partir d’un sous-marin

La Corée du Nord a apparemment tiré un missile balistique de courte portée à partir d’un sous-marin mardi, a déclaré l’état-major interarmées de la Corée du Sud, ce qui constitue le dernier événement en date dans la série d’essais d’armes effectués par Pyongyang ces dernières semaines.

Le lancement a eu lieu alors que des envoyés des États-Unis, de la Corée du Sud et du Japon se sont réunis à Séoul mardi pour discuter de la manière de relancer le dialogue avec Pyongyang après l’échec des négociations nucléaires en 2019. Des responsables japonais ont également confirmé le test de missile balistique, qui s’est produit alors que le nouveau Premier ministre du pays faisait campagne en vue des élections générales du 31 octobre.

Un missile lancé d’un sous-marin

La Corée du Nord a lancé le projectile depuis sa côte est, près de la ville portuaire de Sinpo, selon l’état-major interarmées sud-coréen.

Pyongyang a développé sa capacité à lancer des missiles balistiques depuis l’eau et a testé cette technologie à plusieurs reprises ces dernières années, avec plus ou moins de succès. Les détails de l’essai n’étaient pas immédiatement disponibles.

Cet essai d’armement violerait probablement les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, mais on ignore si des représailles sont prévues. En septembre, la Corée du Sud a lancé un missile balistique sous-marin à partir d’un sous-marin et a atteint avec succès une cible désignée.

Les responsables du Conseil national de sécurité de la Corée du Sud ont exprimé leurs « profonds regrets » à l’égard des actions de la Corée du Nord, précisant que le lancement a eu lieu alors que la Corée du Sud mène des « discussions actives » avec divers pays au sujet de négociations avec le Nord.

L’armée américaine était au courant du lancement et les responsables ont déterminé qu’il ne constituait pas une menace immédiate pour le personnel, le territoire ou les alliés des États-Unis.

Réaction des USA

« Les États-Unis condamnent ces actions et demandent à la RPDC de s’abstenir de tout nouvel acte de déstabilisation », a déclaré le Commandement indo-pacifique des États-Unis dans un communiqué, en désignant la Corée du Nord par son nom officiel, la République populaire démocratique de Corée.

Plus tôt dans la journée de mardi, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré à la presse que deux missiles balistiques avaient été détectés et qu’il était « profondément regrettable que la Corée du Nord ait lancé successivement des missiles depuis le mois dernier ». Kishida, qui faisait campagne dans le nord du Japon, a annulé ses apparitions et a annoncé qu’il retournerait à Tokyo pour gérer la réponse du pays.
Le secrétaire en chef adjoint du Cabinet, Yoshihiko Isozaki, a déclaré lors d’un point de presse que les responsables japonais pensent que la Corée du Nord a lancé deux missiles balistiques à environ une minute d’intervalle. Les responsables japonais évaluent les détails.

Le lancement de mardi a marqué le cinquième essai d’armement depuis septembre pour la Corée du Nord, qui a renforcé ses capacités. La Corée du Nord a déclaré que ses actions étaient des mesures d' »auto-défense », alors que le Sud développe ses propres capacités et organise des exercices militaires avec les forces américaines.

La Corée du Nord a également indiqué qu’elle était prête à s’engager avec Séoul, mais les discussions avec les États-Unis ont été interrompues depuis l’échec des négociations de 2019 avec l’administration Trump.

L’administration Biden a déclaré qu’elle était prête à reprendre les discussions avec les responsables nord-coréens sans conditions préalables, mais n’a pas signalé son intention d’offrir l’allégement des sanctions recherché par Pyongyang.
Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré lors d’un briefing la semaine dernière que les États-Unis avaient fait des « propositions spécifiques » pour engager la Corée du Nord et qu’ils attendaient une réponse.